Nombre total de pages vues

samedi 15 juillet 2017

Les indispensables de la couturière

En sept années de couture, j'ai eu le temps de tester les accessoires de toute bonne couturière. Au départ, je me suis faite avoir comme toute débutante. J'ai acheté des appareils à biais, des accessoires qui dorment aujourd'hui dans les tiroirs.
Si vous désirez vous lancer en couture, je vous partage ma liste des indispensables. Les outils dont je me sers chaque jour et qui n'ont pas le temps de prendre la poussière, puisqu'ils sont tout le temps à portée de mes mains, à moins de 20 cm de ma machine à coudre.

1) D'abord, ma petite citrouille pique-aiguilles. Au début, je me servais d'une tomate de dinette Ikea. Mais ma fille en a eu marre que je lui pique sa tomate et m'a donc offert, à une fête des Mères ce joli pique-aiguilles qui ne me quitte jamais. 
Pique-aiguilles. @lebigornopiquant
Pique-aiguilles. @lebigornopiquant
 2) Des crayons à papier 2 B. Pour relever un patron, marquer un pli, noter l’emplacement d'un bouton...  Ah, ça j'en ai testé des crayons spécialement destinés à la couture. Des roses, des bleus, des blancs, des français, des japonais... Des à l'encre blanche lavable. Tous recalés ! Rien ne vaut le bon vieux crayon à papier . Mais il faut qu'il soit gras. Alors préférez du 2 B.
Mes crayons à papier et leur taille crayon à l'ancienne, le seul efficace! @lebigornopiquant
3) Un cahier pour noter les marges de couture choisies, vos astuces, la taille du patron qui vous allez bien, les mesures du coussin que vous avez créé de vos mains. J'y note tous les détails de mes créations. Si au début mes annotations étaient plutôt sommaires, elle deviennent de plus en plus précises au fil du temps.
Mon cahier de couture. @lebigornopiquant
 4) Mes petits ciseaux. Ce sont des ciseaux Frou-frou. Pour couper un fil qui dépasse, les fils de fin de couture, défaire un ourlet, dégarnir un angle.. Je les ai dotés d'un ruban, et je les porte toujours autour de mon cou quand je coud, ça m'évite de les chercher ! Mais ça m'arrive souvent d'aller faire mes courses avec. Ma fille adore quand je vais la chercher au collège et que je les ai oubliés à mon cou... 
Ciseaux Frou-frou. @lebigornopiquant
 5) Les pinces prodige Clover. Une super invention ! ça remplace les épingles. Et ça ne fait pas de trous ! Je coud beaucoup de coton enduit. Les épingles les transpercent... Avec les petites pinces, finies les marques. Attention quand même à ne pas les laisser trop longtemps. Cela finit par laisser des marques à la longue.
En plus, elles ont de jolies couleurs et sont toutes en transparence. Leur défaut: elles sont un peu cher. Mais ça vaut la dépense.Les miennes sont toujours près de moi dans un petit bol que m'a offert mon papa de retour du Maroc.

Pinces prodige. @lebigornopiquant

Mes pinces dans leur bol marocain. @lebigornopiquant

Pince prodige toute en transparence. @lebigornopiquant
 6) Des aiguilles Bohin, locales puisque fabriquées dans l'Orne. Pour mes finitions à la main. Et le découd-vite, absolument indispensable pour rattraper ses erreurs, inévitables dans les débuts. Un cadeau de Chouette kit si je me souviens bien.

 7) Ma petite boîte à trésors que je traîne depuis des années. J'y range mes aiguilles favorites, mes boutons pour mes créations en cours, une canette oubliée là...

Boîte à trésors, pour ranger les petits trucs qui traînent. @lebigornopiquant

Mes aiguilles favorites sont piquées dans le couvercle. @lebigornopiquant

 8) Mes ciseaux de découpe. Des Fiskars. J'ai aussi l'affûte-lames de la marque. Il arbore un ruban bleu pour que les enfants ne le confondent pas avec celui de la cuisine pour leurs découpages. Sinon, je hurle !!! Et une aiguille à tricoter en plastique parfaite pour faire ressortir les angles.

Et la liste ne demande qu'à être rallongée...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire